La dernière ligne droite

Article paru dans Tout Compte Fait de mai 2005

Encore quelques semaines et le chèque de 20 000 fr. mis en jeu par Tout Compte Fait connaîtra son heureux propriétaire. 

Le 31 mai, tout sera dit: ce lundi-là en effet le rideau tombera sur le Concours boursier 2005 de Tout Compte Fait, à l’issue duquel le vainqueur empochera un chèque de 20 000 fr. Rappelons que, depuis le 1er décembre 2004, 380 concurrents s’emploient à faire fructifier un capital virtuel de 20 000 fr. en réalisant des opérations en ligne à la Bourse suisse, par l’intermédiaire de notre partenaire e-SIDER.com. 

Au début d’avril, 87% des concurrents pouvaient se prévaloir de résultats positifs, du plus modeste aux plus ébouriffants. Mais le coup de froid boursier de la fin du mois a étoffé le nombre des concurrents qui sont «dans le rouge». Ils n’étaient que 51 à la mi-avril, contre 97 aujourd’hui. Le plus malchanceux affichait, au 6 mai, une contre-performance de –29.44%, soit –5888,92 fr. 

Tout autre climat en tête où, malgré la conjoncture défavorable, la Neuchâteloise Christine Girard a spectaculairement grappillé encore quelques pour cent. Au 9 mai, elle revendiquait une plus-value de 389.34%, soit 77 868,80 fr! A la deuxième place, toujours au classement provisoire, le Fribourgeois Julien Marti a maintenu sa position du mois passé, concédant toutefois quelque 5%. Il se trouve certes, à 252.45%, encore loin de la concurrente leader, mais il est aussi relativement à l’abri des attaques du peloton, puisque le troisième au score est à +189.78% «seulement». Comme quoi tout est relatif: qui ne se contenterait d’un rendement pareil en moins de six mois? Le troisième n’est autre que le jeune étudiant fribourgeois Savio Michellod, qui avait pris la tête du classement lors du «tour de chauffe» du concours, en novembre 2004. Il démontre ainsi que sa méthode – l’analyse graphique – est payante. Et l’obstination aussi. 

Il est à noter que, à partir d’un certain niveau de plus-values, le classement n’a plus beaucoup évolué parmi les dix premiers. On y trouve ainsi les trois concurrents qui s’étaient propulsés en tête grâce à l’explosion spectaculaire du cours de la société Nextrom, le 7 janvier. Forts de leur avantage, ils n’ont pas quitté le peleton de tête depuis. Comme quoi, à la Bourse aussi, il faut non seulement savoir partir à temps, mais encore avoir du nez!

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig