Historique du DJIA

En bref:
  • Création: 26 mai 1896
  • Valeur maximale: 15 118.49 (10 mai 2013, clôture)
  • Valeur minimale: 40.56 (8 juillet 1932, intraday)
  • Plus forte hausse (en points): 936.42 (13 octobre 2008, clôture)
    Clôture le 10.10.2008: 8451.19 / clôture le 13.10.2008: 9387.61
  • Plus forte baisse (en points): 777.68 (29 septembre 2008, clôture)
    Clôture le 26.09.2008: 11143.13 / clôture le 29.09.2008: 10365.45
  • Plus forte hausse (en %): 14.87 (6 octobre 1931, clôture)
    Clôture le 05.10.1931: 86.48 / clôture le 6.10.1931: 99.34
  • Plus forte baisse (en %): 22.61 (19 octobre 1987, clôture)
    Clôture le 16.10.1987: 2246.7 / clôture le 19.10.1987: 1738.71
 Milestones:
  • 1000: 1972
  • 2000: 1987
  • 3000: 1991
  • 4000: 1995
  • 5000: 1995
  • 6000: 1996
  • 7000: 1997
  • 8000: 1997
  • 9000: 1998
  • 10000: 1999
  • 11000: 1999
  • 12000: 2006
  • 13000: 2007
  • 14000: 2007
    15000: 2013
Historique:
1882
La "Dow Jones & Company" est fondée par Charles Henry Dow, Edward Davis Jones and Charles Milford Bergstresser dans un petit bureau au numéro 15, Wall Street à New York. La compagnie imprimera des bulletins d'information manuscrits appelés "flimsies".
En 1884, la "customer afternoon letter" publie le prix de clôture de 11 actions, 9 compagnies de chemin de fer, de Western Union et Pacific Mail.
Composants du DJIA originel (1896)
  • American Cotton Oil ;
  • American Sugar ;
  • American Tobacco ;
  • Chicago Gas ;
  • Distilling & Cattle Feeding ;
  • General Electric ;
  • Laclede Gas ;
  • National Lead ;
  • North American ;
  • Tennesee Coal & Iron ;
  • US Leather preferred ;
  • US Rubber
C'est le 26 mai 1896 que Charles Dow introduit le premier indice composé intégralement devaleurs industrielles. Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) est né. Notez que seul General Electric existe encore. Les autres compagnies on soit été absorbées, soit fusionnées ou ont disparu.
Le 12 janvier 1906, l'index dépasse pour la première fois les 100 points en terminant la journée à 100.25. 260 millions d'actions on été échangée cette année.

Théodore Roosevelt est le Président des Etats-Unis.
LE CRASH DE 1929
L'indice va monter a un rythme constant jusqu'au milieu des années 20. La secondes parties des "Twenties" sera caractérisée par une nette accélération de la hausse. L'indice dépassera les 200 points en 1928, les 300 en 1929. Le premier grand crash boursier eu lieu. Le 24 octobre 1929 (jeudi noir), le DJIA perd plus de 20% à midi. Après une annonce de soutien de la part des banques, il clôturera en baisse de 2,1% seulement. Le 28 octobre 1929 (lundi noir), l'indice perd 13% (à 260.64), sa seconde plus grande chute en % après celle de 1987. Le Dow Jones perdit pratiquement 40% de sa valeur en un mois et continua de baisser jusqu'en 1932 pour atteindre son plus bas niveau à 41.22 points le 8 juillet.
A partir de là, le marché n'évoluera que très faiblement à la hausse jusqu'en 1966. Il s'en suivra une période de stagnation. Il faudra attendre le 14 novembre 1972 pour que la barre des 1000 points soit dépassée. Près de 3 milliards d'action changèrent de main cette année.
Richard Nixon est le Président des Etats-Unis.
Le 8 janvier 1987, le Dow Jones clôture au dessus des 2000 points à 2000.25. (Ronald Reagan).

LE CRASH DE 1987
Le 19 octobre 1987, l'indice perdra 508 points, sa plus grande chute journalière en %, soit 22,6% à 1738.74. Il s'agira du second krash boursier du siècle dû également à une intense spéculation. Ses conséquences seront très limitées et le marché se reprendra rapidement.
Le crash de 1987 reste la plus grande chute journalière en %

LE GRAND "BULL MARKET" DES ANNEES 90
Les années 1990 seront caractérisées par une hausse quasi ininterrompue des marchés financiers, interrompues seulement par les crises russes et asiatiques en fin de décennies, dont l'effet sera très bref en raison de l'envolée des valeurs technologiques.
C'est le 17 avril 1991 qu'il dépassera enfin les 3000 points. 40 milliards d'action seront échangées cette année.
George Bush est Président de 1989 à 1993 et doit faire face à un déficit énorme.
Le 23 février 1995, on dépassera les 4000 points.
Bill Clinton est alors Président des Etats-Unis depuis 1993. Il restera en place durant deux mandats (jusqu'en 2001).
Le 21 novembre 1995, il dépassera les 5000 points. Passant pour la première fois deux "milestones" en une année.
Le Dow cassera la seuil des 6000 points le 14 octobre 1996, doublant ainsi sa valeur en un peu plus de 5 ans. 2 milliards d'actions sont échangées chaque semaine sur le NYSE. 4 mois plus tard, le 13 février 1997, l'indice s'est encore apprécié de 1000 points à 7000.
Le 16 juillet 1997, il dépassera les 8000 points, doublant ainsi sa valeur en 2 ans et demi. Le 27 octobre 1997, le chaos tombe sur les marchés financiers asiatiques et entraîne un mouvement global de ventes. Le Dow Jones perdra 554 points, sa plus grande chute (en points) journalière (jusqu'à cette date). Cependant, cela représentait seulement 7,2% de sa valeur totale ! Pour la première fois depuis l'institution d'un stop trading, après le crash de 1987, les échanges sont interrompus pendant 30 minutes après les 330 premiers points de perte puis à nouveau après les 550.
Le jour suivant, il y eut un rebond de 337 points ou 4,7% et le dow clôtura à 7498 points. Les échanges journaliers sur le NYSE dépassent pour la première fois le milliard d'actions.
Le 3 avril 1998, le Dow dépasse les 9000 points en début de session alors qu'un rapport de l'emploi très faible envoie les taux d'intérêts au tapis.
Le 31 août 1998 sera un mauvais jour pour Wall Street. Le dow perdra 512 points. La crise sur les marchés asiatiques fera chuter la plupart des bourses mondiales.
En mars 1999 il atteindra plusieurs fois les 10000 points en cours de session mais terminera toujours la journée en dessous de ce niveau symbolique.
C'est le 29 mars 1999 que les 10000 points seront dépassés en fin de session.

Le 3 mai 1999, il atteindra déjà les 11000 points, sa plus rapide ascension.
C'est le 14 janvier 2000 que le Dow atteindra sont plus haut niveau jusqu'ici à 11722.98 points. Il ne dépassera ce record qu'en 2006. Le 16 mars 2000, alors que la volatilité est très hautes haute durant cette période et le Dow s'appréciera de 499.19 points en un jour, hausse journalière record.

LA TOURMENTE
A partir des années 2000, le vent tourne pour les marchés. Se succèderont l'éclatement de la bulle des valeurs technologiques (2000), l'attentat du 11 septembre 2001, les scandales Enron et Worldcom (2002), faisant perdre au marché près de 4000 points en 3 ans.

Le 14 avril 2000, l'indice perdra 617.78 points, il atteindra ainsi un nouveau record journalier, négatif cette fois.
George W. Bush est élu Président le 18 décembre 2000. Il restera en place durant deux mandats (réelection le 13 décembre 2004).
Le 14 mars 2001, il plongera à nouveau sous les 10000 points en raison d'un ralentissement de l'économie américaine et de la chute des valeurs technologiques (éclatement de la bulle du Nasdaq).

Le 11 septembre 2001, en raison des attaques terroristes sur New York, le NYSE restera fermé durant 4 jours bloquant l'index à 9605 points.

Le CBOE (Chicago Board Option Exchange) rendra un rapport édifiant. Le volume d'achat d'options de vente (put) sur les compagnies Delta airlines, US Airways, Swiss Re, Axa... à décuplé durant la semaine précédent les attentats. Toutes ces actions chutèrent fortement après le 11 septembre. Il semble que le plus grand délit d'initié de toute l'histoire ce soit produit grâce à ces attentats permettant des plus-values illégales de plusieurs centaines de millions de dollars.21 septembre 2001 : La crainte de nouvelles attaques terroristes fait chuter le Dow à 8236 points, soit son plus bas niveau après le 11 septembre.
Il atteindra à nouveau les 10000 points le 5 décembre 2001 mais une vague de scandales financiers touchant les entreprises commence. Le 23 juillet 2002, la confiance des investisseurs diminue en raison d’affaires douteuses frappant le géant Enron et WorldCom (les deux entreprises on fait faillite). L’indice descendra jusqu’à 7702 points.
Il poursuivra tout de mêmesa hausse pour atteindre les 8931.67 points le 27 novembre 2002. Il s’en suivra 4 mois de baisse en raison de la guerre annoncée en Irak tardant à se concrétiser. Un deuxième phénomène négatif pour la bourse sera le SRAS, entraînant une chute des marchés asiatiques et une perte de confiance des investisseurs.

LA REPRISE
Le 11 mars 2003, le Dow Jones atteindra son point le plus bas de l’année à 7524.06. La hausse entamée à cette date se poursuivra jusqu'en 2007.
2004 ne sera pas une année extraordinaire pour le marché, il finira l'année en hausse de 3.31% à 10800.30 après avoir chuté sous les 10000 points (9708.4 le 25 octobre). Le pétrole sera le principal responsable de cette mauvaise performance (il dépassera les 55 dollars en octobre). Le "Santa Claus Rally" a eu lieu cette année puisque le marché prendra plus de 10% sur les 2 derniers mois de l'année, notamment grâce à la détente des prix du pétrole et à la réélection de George W. Bush.
En 2006, le Dow Jones poursuivra son rally entamé fin 2002 pour atteindre des records historiques en octobre et finalement enfoncé la barre symbolique des 12000 points durant la session du 18 octobre 2002. Il aura fallu plus de 7 ans pour franchir cette nouvelle barre symbolique (11000 dépassés le 3 mai 1999, il y a 1878 jours).
Le 27 février 2007, entrainé par la chute de la bourse de Shangai quelques heures plus tôt (-8,84%), le Dow Jones perd plus de 500 points en session (pour finir en baisse de 3,29 % ou 416.02 points à 12216.24). Comme le note un analyste américain, pour la première fois, ce seront les marchés asiatiques qui entraineront la chute de l'Europe, puis des Etats-Unis et non l'inverse (s'oppose à l'adage "Quand New York éternue, Paris s'enrhume"). 126 jours après avoir franchi la barre des 12000 points, le Dow Jones dépasse les 13000 points le 25 avril 2007 à l'ouverture du marché. Il terminera la session à 13089.89. Le 17 juillet 2007, un peu moins de trois mois après avoir franchi les 13000 points, le DJIA est propulsé au dessus des 14000 points grâce aux bons résultats semestriels publiés jusqu'ici (il faut également noter une très forte hausse en points, 283, le 12 juillet). La chute du dollar, la crise des "subprime" immobilières et un pétrole à près de 75 USD ne suffisent pas encore à réduire l'ardeur des "bulls". Bien que deux "milestones" ont été atteintes en 9 mois, il aura fallu sept an et demi pour franchir les deux précédentes (10000 et 11000). A partir d'octobre, la crise des subprimes rattrape le marché et les indices commencent à baisser, entrainés par les valeurs financières.

LA CRISE DES SUBPRIMES
La valeur du DJIA est divisée par 2
2008 verra se poursuivre la baisse entamée en octobre 2007. La crise des subprimes frappera de plein fouet, tout au long du mois (de septembre) les sociétés financières américaines puis mondiale, entraînant de grands noms vers la faillite (Lehman Brother, Washington Mutual) ou la quasi nationalisation (AIG, Freddie Mac, Fannie Mae). Le pétrole atteint des records, à près de 150 dollars fin juin. Le Dow Jones enfonce, à la baisse, les 13000 points en janvier, les 12000 en juin (après les avoir momentanément franchis en janvier et mars), les 11000 septembre. Septembre sera d'ailleurs marquée par la plus forte baisse en point de l'histoire du dow jones, 777.68, le 29 septembre 2008 à la clôture. Ce record sera déjà battu une semaine plus tard, avec une chute de 800.06 au plus mauvais de la journée, le 6 octobre. L'indice clôturera seulement 369.88 points plus bas à 9955.50, franchissant tout de même la barre symbolique des 10000. Il poursuivra sa chute, enfonçant les 9000 points de 9 octobre et les 8000 le 10. L'indice bondira de 936.42 points le 13 octobre 2008, son plus grand gain journalier en points. Cette hausse fait suite à l'accord de plusieurs nations sur la stabilisation des marchés financiers.
Barack Obama est élu Président le 4 novembre 2008.
LA CRISE DE LA ZONE EURO
La baisse se poursuivra jusqu'en mars 2009, ou le marché atteindra sont plus bas à 6469 points. A partir de cette date, le marché n'a cessé de monter, franchissant les 7000, 8000, 9000 et 10000 points en 2009. La barre des 11000 sera dépassée en 2010.

 Chute du 6 mai 2010 (clôture le 5 à 10868.12, plus bas le 6 mai: 9787.17, clôture le 6 mai: 10520.20):
Capture de Fox lors de l'effondrement du DJIA le 06.05.2010
La chute brutale du DJIA le 6 mai 2010, est en partie due à une mauvaise règlementation des marchés OTC : le 6 mai 2010, vers 20h30 (heure de Zurich), alors que S&P a dégradé les obligations grecques au rang de junk bonds, le DJIA affiche une baisse de 200 points à 20h30 minutes plus tard, la chute s’accélère soudainement et le DJIA perdra jusqu’à 1080.95 points vers 20h45, avant de regagner près de 500 points en 15 minutes. L’hypothèse de l’erreur humaine a été rapidement écartée (le fameux fat finger qui aurait vendu 1 milliard d’action à la place d’1 million) par la SEC et les banques suspectées (notamment citi bank ). En fait, les mécanismes d’interruption du marché (circuit breaker) se sont déclenchés au NYSE. Ainsi, les actions chutant plus de 10% ne pouvaient plus y être négociées. Par contre, les marchés OTC n’étant pas concernés par ce genre de mécanisme, ont permis la poursuite des transactions sur ces titres, les faisant chuter de plusieurs dizaines de pourcents. La forte baisse des titres entrainant l’exécution d’ordres automatiques sur le reste du marché explique une chute puis une remontée aussi brutale de l’indice. La SEC a depuis approuvé de nouvelles règles d’interruption de marché (circuit breaker). Elles couvrent la totalité des trading venues des titres cotés. Ainsi, un titre ayant un mouvement soudain trop important verra sa cotation et, par conséquent, sa négociabilité, temporairement suspendue (mouvement de 10% ou plus durant une période inférieure à cinq minutes) sur toutes les plateformes de négociations, y compris les OTC. Cette nouvelle règlementation, en vigueur depuis le 11 juin 2010, couvre beaucoup mieux les réalités actuelles du marché, ou les systèmes de négociation OTC ont largement gagné en importance.
La hausse se poursuivra en 2011, année durant laquelle la barre des 12000 points sera franchie. La crise de la dette n'étant pas encore terminée dans la zone euro, le marché a gagné en instabilité en 2010 et 2011. Le début de l'année 2011 sera marqué par la contestation des régimes autoritaires d'Afrique du Nord, ajoutant une certaine tension sur les marchés, ces pays étant d'important exportateurs de pétrole.
DJIA - Chute de l'été 2011

La crise de la dette s'aggravant en Europe fera chuter l'indice de manière brutale, rappelant les pires moments de la crise fin 2008. La dégradation d'un cran de la note de la dette américaine par l'agence S&P le 5 août, après la clôture des marchés, ajoutera de l'huile sur le feu (l'indice perdra près de 2000 points entre le 21 juillet et le 8 août [intraday, plus haut à 12751.43 le 21.07.2011 et plus bas à 10809.85 le 08.08.2011 à la clôture], dont 634.76 points le 8 août).

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig