Les Jeunes libéraux-radicaux suisses, des passéistes ?

Privatiser la SSR, ne pas subventionner la reconversion énergétique suisse, ne pas intégrer la Suisse au futur réseau ferroviaire à grande vitesse européen; voilà quelques positions défendues par les Jeunes libéraux-radicaux suisses (JLRS) et leur majorité alémanique. L'orthodoxie doctrinale - ici la défense absolue du libéralisme - lorsqu'elle n'est pas réfléchie, mène toujours à la catastrophe. En tant que jeune libéral-radical, je respecte ces positions mais m'en distancie très clairement !
Privatiser la SSR ?
En voilà une étrange idée. Selon les JLRS, la SSR devrait se concentrer sur l'information et non sur le divertissement, qui resterait l'apanage des chaînes privées ou des chaînes publiques étrangères. En fait, pour se divertir il faudra soit payer (pour les chaînes privées), soit profiter des chaînes publiques des pays qui nous entourent. Quelle belle vision des choses !
Ne pas subventionner la reconversion énergétique suisse ?
Cela revient à ne pas se tourner vers l'avenir. Le nucléaire couvre aujourd'hui 40% des besoins en énergie de la Suisse. Si l'on veut s'en passer, il faut réfléchir à la suite. Maintenant ! Et c'est ce que demande ce programme.
La reconversion énergétique a pour but d'une part de favoriser les énergies renouvelables, en soutenant divers projets allant en ce sens (amélioration de l'efficience des sources d'énergie renouvelable, construction de nouvelles centrales hydrauliques, solaires, etc.) et, d'autre part, de diminuer la consommation d'énergie (utilisation d'appareils moins énergivores, optimisation des réseaux de distribution, etc.). Afin de faciliter cette reconversion, la Confédération et les entreprises productrices d'énergie participeraient au financement de ce programme. C'est un compromis que les JLRS alémaniques n'ont pas pu accepter, parce que ce n'est pas libéral. Toutefois, les sections romandes soutiendront le projet de l'Alliance énergétique, lancée par le Conseiller national PLR lucernois Otto Ineichen (il est alémanique ce qui prouve que tous les Suisses allemands ne sont pas obtus).
Ne pas intégrer la Suisse au réseau ferroviaire à grande vitesse européen ?
Ainsi, la Suisse serait isolée. Et pourtant, les TGV de nos voisins Français sont un succès, personne ne peut le nier. Le projet de Croix fédérale de la grande vitesse ferroviaire, soutenu par le Conseiller national PLR vaudois Olivier Français, était ambitieux. Il reconnaissait que, partout en Europe, la grande vitesse ferroviaire avance et que de nombreux projets sont en cours. La Suisse, de par sa position géographique, peut être un des nœuds de ces projets ! Il est regrettable que les JLRS (alémaniques) n'aient pas de vision à long terme. En Europe occidentale, d'ici quelques décennies, le train devrait pouvoir supplanter l'avion. Si la Suisse n'est pas connectée au réseau, l'économie en souffrira, c'est une évidence.
Tout cela est bien regrettable. Heureusement, la liberté d'expression est toujours présente au sein de notre parti.
  • C'est pourquoi je m'oppose à la privatisation de la SSR !
  • C'est pourquoi je soutiens le subventionnement de la reconversion énergétique suisse.
  • C'est pourquoi je soutiens l'intégration de la Suisse au réseau ferroviaire à grande vitesse européen !
On peut être libéral-radical sans être extrémiste. C'est même mieux ainsi, les extrêmes n'ont jamais été source de progrès.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig