Palézieux - Quand les autorités et les CFF méprisent les pendulaires

Deux mois après son entrée en vigueur, le nouvel horaire ne convainc pas. Bien au contraire. Cette situation, inadmissible, a été voulue afin de favoriser Bulle, au détriment d'autres régions, tout particulièrement de la Veveyse fribourgeoise et d'Oron. On peut laisser aux vaudois la volonté d'essayer de changer les choses, au travers de motions, lettres et pétitions à leurs autorités. Du côté Veveysan, l'inaction fut totale. On a même dû entendre des inepties de ce genre: "Certes, on va perdre des minutes, mais on garde la desserte de Palézieux" (La Gruyère, 14 juin 2011). Les usagers quotidiens de la gare de Palézieux ont perdu bien plus que des minutes ! 

La situation de Palézieux et de Romont n'aurait jamais dû changer, les InterRegio (IR) auraient dû continuer à s'y arrêter. D'autres gares à la fréquentation similaires, voire moindre, sont d'ailleurs desservies par ce type de train (Exemple: Cadenazzo, 2400 habitants, Bad Ragaz, 5300 habitants, Kaltbrunn, 4100 habitants). À relever que l’IR Genève – Lucerne continue à passer quasiment aux mêmes heures au nez des usagers de Palézieux et de Romont, sans arrêt mais en continuant à faire haltes à Zofingen et Sursee. 

Malheureusement pour nous, les politiciens gruyériens ont fait preuve de pugnacité en réussissant à imposer leur vision des choses: les Bullois devaient disposer de deux trains par heure à destination de Berne, dont une liaison directe, sans changement. Si la région bulloise compte environ 30'000 habitants, il ne faut pas perdre de vue que Palézieux dessert un important bassin de population. Les communes proches totalisent déjà près de 22'000 habitants . En y ajoutant d'autres communes de la région, directement reliées par bus ou par train (S2) à Palézieux-Gare, on atteint facilement les 30'000 habitants.

Nos autorités - préfet et ancienne présidente du Grand Conseil en tête - auraient mieux fait de défendre la région plutôt que de se soumettre au diktat de Fribourg (et Bulle). Le maintien de l'arrêt des IR à Palézieux est tout à fait possible, sans pour autant remettre en question les améliorations apportées par Romandie 2013 à l'horaire entre Lausanne et Genève. Par contre, il rendait redondante la liaison directe Bulle - Berne (RE Bulle - Romont - Berne et, 5 minutes plus tard IR Palézieux - Romont - Berne). Il a donc fallu faire un choix! 

A défaut de pouvoir réinstaurer les arrêts de l'IR à Palézieux et Romont, lors du prochain changement d'horaire, les améliorations suivantes sont absolument nécessaires: 
  • Mettre à disposition des usagers de la ligne Palézieux/Bulle - Berne du matériel roulant avec le confort nécessaire à un parcours quotidien d'une durée supérieur à une heure. Les CFF vantent la possibilité d'utiliser le temps de parcours pour travailler. Dans les rames "Domino", que ce soit en 1ère ou 2ème classe, les trop rares prises, les tablettes pour poser ordinateur ou dossiers disponibles en un seul endroit, cela devient difficile. Ajoutons à cela les coupe-accroche du RE Bern-Romont-Palézieux/Bulle, source de perturbations qui pourrait être évitées avec un meilleur système. 
  • Assurer la stabilité de l'horaire de la S21 et de son doublon aux heures de pointes (xx43 à Palézieux) et en augmenter la capacité. L'horaire de la S21 est instable, en raison de problèmes de croisements sur la ligne Palézieux - Payerne. Le système coupe-accroche des RE Lausanne-Palézieux-Payerne/Romont ou encore du train 12918 (Payerne-Lausanne; Palézieux = 7h18) est une sources de perturbations récurrentes. Les retards sont quotidiens et les suppressions trop fréquentes. 
  • Les RE Romont-Genève devraient assurer à Lausanne des correspondances "Grandes Lignes", avec les IR en direction du Valais et avec les IC/IR en direction de Genève ce qui n'est pas le cas actuellement. 
D'aucun diront qu'à l'étranger, la situation est bien pire. Certes ! Mais tout de même, lorsqu'on a l'opportunité de disposer d'un service efficace, de qualité et confortable, la moindre des choses est de se battre pour son maintien. Ce combat n'a pas été mené par les autorités veveysannes. C'est bien dommage.

Le temps de parcours 

Même si cette donnée est connue, il est bon de rappeler que le temps de parcours pour l'ensemble des destinations principales au départ de Palézieux, à l'exception notoire de Romont et de Lausanne (pour ceux qui peuvent prendre le RE à deux étages de xx02) est prolongé. 
  • Genève: le point noir, avec un temps de parcours augmenté de 6 minutes quand tout va bien. La S 21 (Pal: départ à xx18) étant fréquemment en retard – d'où rupture de correspondance à Lausanne – voire parfois même supprimée, le temps de parcours effectif est souvent bien plus important. 
  • Lausanne: La S21 s'arrête à Puidoux. Le temps de parcours donc rallongé de 1 à 2 minutes. Comme la S21 est fréquemment en retard, le temps de parcours effectif est souvent bien plus important. Notons que les usagers des transports publics ne peuvent prendre le train direct pour Lausanne (xx02) sans un temps d'attente supérieur à 10 minutes à Palézieux (il y a un bus en correspondance avec ce train, depuis Oron seulement...). 
  • Fribourg/Berne: le RE de xx50 s'arrête 6 minutes à Romont, quand tout va bien. Le temps de parcours est donc prolongé d'autant. 
  • Valais: la dégradation des correspondances à destination du Valais est notoire. 
  • Pour nombre de clients n'habitant pas Palézieux-Gare et utilisant les transports publics de/pour leur domicile (tpf-voie étroite, tpf-bus, car postal), l'augmentation du temps de parcours est encore plus importante suite à l'impossibilité de mettre sur pied à Palézieux d'aussi bonnes correspondances dans toutes les directions que ce n'était le cas jusqu'en décembre 2012. 
Le confort 

  • Genève: depuis Palézieux, c'est la S21 (RER) bondée qu'il faut emprunter. Un changement est nécessaire à Lausanne. • Lausanne: les voyageurs doivent emprunter la S21 (ou son doublon du xx43) qui est systématiquement bondée. Le confort est donc une donnée toute relative dans ce cas.
  • Palézieux/Berne: les rames "Domino" ont un confort plus que spartiate, tout particulièrement pour la clientèle de 1ère classe. A partir de Romont, les places assises sont très rares aux heures de pointes. La rame accrochée à celle de Bulle, le trajet se poursuit en direction de Fribourg / Berne dans un train qui ne se désemplit pas pour un trajet qui dure au total plus d’une heure. Notons qu'en raison des ouvertures/fermetures fréquentes des portes lors des arrêts prolongés à Palézieux et Romont et de l'absence de portes compartiments, des courants d'air froid rendent ces rames encore plus inconfortables. 
  • Il n'y a plus de relations directes avec l'aéroport de Genève (sauf à 5h54 et à partir de 22h). 
  • Le manque de contrôle et de place incite les passagers de 2ème classe à utiliser la 1ère classe. Dans ces conditions, la notion de 1ère classe est toute relative ! 
La Ministre du tutelle de l'OFT, la Conseillère fédérale Doris Leuthard a précisé que les CFF pouvaient, en utilisant leur "liberté entrepreneuriale", affecter des rames en principe destinées au trafic régional à des liaisons avec une concession Grandes lignes (Palézieux - Berne). Il est bien dommage qu'aujourd'hui, la liberté entrepreneuriale d'une entreprise entraîne le mépris des clients. Dans ce cas précis, les CFF se moquent de leurs usagers.


On ne peut que conclure en regrettant la situation actuelle, le manque d'activité des députés fribourgeois dans ce dossier et le mépris qu'a le canton de Fribourg pour la Veveyse fribourgeoise. Ce mépris ne date pas d'hier. En 1862, les communes situées entre Vevey et Palézieux ont requis à leur gouvernement respectif qu'une course postale soit introduite, afin de desservir les localités situées sur l'axe. La requête a été acceptée par le gouvernement vaudois. Les communes d'Attalens et Bossonnens ont fait une démarche semblable auprès du gouvernement de Fribourg mais "celui-ci, sans que l'on s'explique trop pourquoi, a refusé d'appuyer la demande de ses ressortissants ". Bulle a également gagné à l’époque l’autoroute – pour mémoire les avants projets prévoyaient de suivre la ligne CFF – et aujourd’hui s’impose une nouvelle fois au détriment de la Glâne et de la Veveyse ! L'histoire se répète !

Message cosigné par un dizaine de pendulaires mécontents dont:

  • Savio Michellod
  • Frédéric Bracher

4 commentaires

LE payernois a dit…

Pas tout faux, mais un peu exagéré: Au lieu d'être constament jaloux de la région bulloise, battez-vous pour la votre!

Savio Michellod a dit…

Se battre, c'est justement ce qu'on fait. Aucune jalousie ici ;)

Anonyme a dit…

Que pouvons-nous faire concrètement afin que les politiciens et CFF ré- installent les arrêts IR à Palézieux ?

Je pendule chaque jour entre Palézieux et Genève aéroport.

Savio Michellod a dit…

Ecrire tous les jours au service clientèle des CFF votre mécontentement, ainsi qu'au service de la mobilité fribourgeois (martin.tinguely@fr.ch) et soutenir les actions qui vont en ce sens... Convaincre les politiciens est aussi une idée !

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig