Hommage au Préfet de la Veveyse Michel Chevalley

Lors de l'assemblée des délégués de l’Association des Communes de la Veveyse pour le Cycle d’orientation le 17 novembre dernier, j'ai eu le plaisir de rendre hommage à son Président, le Préfet de la Veveyse Michel Chevalley. En près de 19 ans à la tête de cette association, il a eu l'occasion d'en vivre les moments forts.
___________________________________________

Monsieur le Président de l’Association des Communes de la Veveyse pour le Cycle d’orientation, 
Cher Michel, 

Voilà venu le moment de ta séance de clôture. Avec un avantage sur les élèves, aucun risque de rater les examens, aucune anxiété, ta présence ce soir ne faisait aucun doute. Mais un inconvénient tout de même. Tu devras attendre un peu pour les vacances. Ou la retraite. Enfin, la retraite, pas vraiment puisque tu seras, d’ici un mois, député. Charge il est vrai moins chronophage que celle de préfet. Mais tout aussi prenante. 

C’est le 15 mars 1998 que tu as été élu préfet de notre district. J’avais 13 ans et pourtant, je m’en souviens. Je m’en souviens car le hasard a voulu que je sois dans la même classe de première année de ce CO que l’un de tes neveux. Neveu qui n’a pas manqué de partager son immense fierté. A l’époque, je n’aurais jamais imaginé que, 18 ans et 8 mois plus tard, je serai toujours au CO de la Veveyse, avec un rôle certes un peu différent, et que l’on me confierait la tâche de revenir sur ton bilan. Et quel bilan ! Sans tomber dans l’éloge panégyrique, je n’ai pas les talents oratoires de mon antique confrère Pline le Jeune, permettez-moi, Mesdames et Messieurs, de conter l’histoire de notre école, sous la présidence de Michel Chevalley. 
1998. En ce temps-là, le CO de la Veveyse se résumait à ce qu’on appelle aujourd’hui l’ancien bâtiment et sa salle de sport, tout aussi ancienne. Cela ne devait pas durer. Une commission de bâtisse, constituée en 1995, travaillait déjà d’arrache-pied sur le projet du CO2 et de l’Univers@lle. 18,5 millions d’investissement pour les 15 communes d’alors, qui ne comptaient que 12'000 habitants, ce n’était pas rien. Le concept architectural est l'œuvre d'Adriano Soppelsa. L'Atelier 78 (Martial Kupferschmid) a dirigé les travaux. Après 21 mois de chantier, le bâtiment est livré aux élèves et aux professeurs pour la rentrée scolaire de septembre 2000. Un nouveau bâtiment scolaire ne pouvait suffire à absorber la phénoménale croissance démographique de notre district. Afin de permettre à notre jeunesse de se défouler, dans le respect des exigences légales et des plans scolaires évidemment, un impérieux besoin en salles de sport s’est fait ressentir. Sur les 52 projets présentés lors du concours d’architecture en 2006, c’est eidi, imaginé par Virdis architecture, qui est retenu. Il est intéressant de rappeler que le concours d’architecture s’étendait au-delà de la halle triple, puisqu’il intégrait déjà la construction d’une école primaire à proximité immédiate ainsi que le chauffage à distance, pour la commune de Châtel-St-Denis. Comme pour le CO2 et Univers@lle, l’excellent partenariat avec notre chef-lieu est à relever. La halle triple est inaugurée fin 2009. Elle comprend aussi un lieu pour sustenter la kyrielle d’élèves n’ayant pas la possibilité de rentrer à midi. Le réfectoire scolaire, situé au rez-inférieur de l’ancien bâtiment, n’était plus adapté. C’est donc au foyer de cette nouvelle salle de sport que se rendent les élèves, dès 2009. 
L’espace libéré dans l’ancien réfectoire du CO n’est pas laissé vide. Le nombre d’élèves continuant à croître, il sera transformé en salles de classe, utilisées par les élèves dès la rentrée 2010-2011. Et ça continue. Les premières séances de commission de bâtisse liée à l’agrandissement du CO et à l’assainissement de l’ancien bâtiment débutent en septembre 2012. C’est en août 2014, à l’issue d’un concours, que le projet Crocsor, de D4 Atelier d’architecture, est retenu. Il est cette fois-ci question de 30 millions. Après la phase d’étude, initiée une fois le projet lauréat connu, les travaux ont débuté. Ils ont été marqués par la symbolique pose de la première pierre vendredi passé. Parallèlement à ce projet, il a fallu rénover l’ancienne salle de gym du CO, dont les infrastructures n’avaient pas changé depuis des décennies. Tout a été pensé pour assurer le confort de ses occupants et leur intimité. 

Puisqu’il est question de construction, j’en profite pour saluer ton soutien à la procédure du concours d’architecture. Cette alternative favorise la réflexion, l’imagination, tout comme l’enseignement d’ailleurs, ce qui la rend tout à fait adaptée à un projet scolaire. 

Ouvrir une école, c’est fermer une prison, disait Victor Hugo. Notre district ne peut donc que s’enorgueillir de toutes ces réalisations pour notre jeunesse et son bien le plus précieux, sa formation. Comme enseignant, tu as sans doute une sensibilité particulière pour cette fonction. Elle n’est pas pour toi, j’en suis certain, une parmi les nombreuses autres que tu dois assumer, en tant que préfet. J’ai pu constater, au cours des nombreuses séance de commission de bâtisse, de comité d’école ou encore lors des assemblées, que tu attachais une importance tout particulière à ce CO. Il est évident que tu n’es pas l’unique acteur de toutes ces réalisations, à l’image de ces présidents de la république voisine qui, tels François Mitterrand, ont voulu s’assurer de laisser une marque dans l’Histoire en devenant de grands bâtisseurs. Tu as néanmoins su convaincre 15 puis 9 communes de défendre, d’une seule voix, des projets dont le coût se monte en millions de francs. Et dont les frais financiers s’ajoutent au budget de fonctionnement de l’école, sur lequel s’étalent aussi les millions. 

Cette chronologie pourrait laisser penser que rôle du préfet se limite à la défense des constructions scolaires. Ce n’est évidemment pas le cas. Mais ces réalisations ont marqué tes mandats de Président de cette association et c’est bien dans ce domaine-là que nous avons une large capacité d’action. Je sais qu’en plus de cela, tu as été un soutien apprécié de la direction, aussi lors des rares épisodes moins agréables qu’a traversé cette école. Tu as aussi su soutenir et défendre la mise en place d’activités culturelles (éCOlisée, voyages d’étude, radio NRV…) parascolaires (je pense à l’AJV, TUCV, PEV). Tu as vu l’immense potentiel qu’avaient, pour les élèves, ces activités qui n’existaient pas en 1998. À l’époque, il y avait la marche d’automne, avec ou sans chemise edelweiss et c’est à peu près tout. 

En collaboration avec de nombreuses autres personnes (élus, enseignants, directeurs, mais aussi avec les jeunes) tu as contribué à faire de cette école un lieu de vie apprécié, où l’on peut décrocher les clés pour mieux saisir le monde qui nous entoure. Tu as su rassembler les élus communaux de ce district autour de projets d’envergure. Et ce n’est pas toujours facile, leur impact sur les finances communales n’étant pas négligeable. Tu as pu, par tes qualités d’orateur, montrer la beauté de la langue française, au-delà des règles grammaticales et orthographiques rigides (mais utiles) enseignées en ces murs. Tu as fait plus que présider l’Association des Communes de la Veveyse pour le Cycle d’orientation. Tu l’as aimée. Et tu l’as prouvé. 

Au nom tous ceux qui ont pu travailler avec toi dans ce cadre-là, durant ces 18 années, je n’aurai qu’un mot pour conclure : Merci ! 

Savio Michellod, membre du Comité d'Ecole
Discours prononcé lors de l'Assemblée des délégués du COV - 17 novembre 2016 (Châtel-St-Denis)

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig