Sens unique de l'Avenue de la Gare

Communiqué de Presse "Sens unique de l'Avenue de la Gare" (Fribourg)


Les limitations de trafic sont à la mode dans les villes Suisses. Elles partent souvent d’un bon sentiment et peuvent avoir des conséquences positives. Elles permettent notamment de diminuer la pollution, réduire les nuisances pour les riverains ou encore créer un espace plus convivial pour les piétons, au cœur des villes.

Fribourg n’a pas échappé à cette mode. Mais sa dernière mesure, créer un sens unique à l’Avenue de la Gare, est pour le moins surprenante. Les villes ayant pris ce genre d’initiative ont veillé à ne pas restreindre la circulation sur les axes principaux, ou, le cas échéant, à donner des solutions alternatives valables (par exemple, Renens a instauré le 30 à l’heure sur toutes les routes de la commune, à l’exception des principaux axes de transit). Fribourg n’a malheureusement pris que des demi-mesures et les conséquences, largement négatives, se font sentir aujourd’hui.

L’Avenue de la Gare est un axe de transit important à Fribourg, sans qu’il y ait d’autres points de passage envisageable hors de la ville (à moins de construire un contournement de la ville, ce qui sera peut-être possible avec le nouveau Pont de la Poya). Ainsi, le trafic est simplement déplacé dans les quartiers adjacents et les accès à l’Avenue de la gare sont encombrés aux heures de pointe. Autant dire que cela n’est bon ni pour l’environnement, ni pour la tranquillité des riverains, et encore moins pour le confort des usagers, piétons ou automobilistes, se retrouvant pris en otage d’une décision sans fondement ni solutions de remplacement.

On pourrait penser que Fribourg désirait créer un espace plus agréable pour les piétons dans la zone de la gare. Il n’en est rien. Le prolongement naturel de la zone piétonne des Avenues de Lausanne et de Romont passe par Manor et Fribourg Centre, et non par l’Avenue de la Gare. Il se scinde ensuite en direction du Boulevard de Pérolles et de la Gare. Il y a certes un problème à cette jonction, qui n’est en aucun cas résolu par le sens unique. Nous sommes certains qu'un projet d'urbanisme intelligent ne peut que redonner de l’attrait à un secteur fréquenté par plusieurs milliers de piétons chaque jour. Qui plus est, le projet « Fribourg Centre B », s’il se réalise, ne consacre pas l’Avenue de la Gare comme zone piétonne à Fribourg, mais plutôt tout le secteur à l’est de « Fribourg Centre ».

Nous pouvons comprendre que Fribourg désire limiter la circulation automobile au centre ville. Que la Ville fasse au moins preuve de bon sens dans ses décisions. La réduction du trafic peut être atteinte, par exemple, en créant des parkings (parkings relais) aux abords de la ville, et un réseau de transports publics performants aux heures de pointe. Ainsi, les usagers venant travailler ou faire des achats au centre ville disposent d’une solution alternative intéressante.

La Ville de Fribourg a maintenant investi plus de 400'000 francs pour des mesures qui se révèlent déjà catastrophiques. En sachant que le trafic tend à augmenter chaque année, on voit mal comment la solution pourrait se résoudre d’elle-même. Les JLRF ne peuvent accepter un tel gaspillage des deniers publics et réprouve clairement la décision du Conseil communal, prise sans concertation et sans vision. Excès de zèle ou incompétence crasse ? La question est posée.

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig