Le Messager: Une pétition pour maintenir la desserte de Palézieux

Article paru dans Le Messager du 3 juin 2011

Katharina Kubicek 

Photo: Katharina Kubicek
Des citoyens de Granges ont lancé lundi une pétition pour le maintien de la desserte actuelle de la gare de Palézieux par les CFF. Alors que l’horaire pour l’année 2012 est actuellement en consultation officielle, les critiques des pétitionnaires portent sur les importantes modifications planifiées en 2013.

Mobilisation citoyenne, aux abords de la gare de Palézieux. Un groupe d’habitants de Granges ont lancé lundi une pétition, en réaction aux nouveaux horaires CFF pour la période 2012-2013, dont le premier volet est actuellement en consultation jusqu’au 14 juin. Motif de l’action: dès décembre 2012, la région perdra sa liaison directe avec Genève, avec la suppression de l’arrêt des InterRegio (IR) à Palézieux et à Romont, prévue par le concept Romandie 2013 des CFF. Cette information, publiée par le quotidien Le Temps le 22 février et confirmée par la direction des CFF, a été notifiée officiellement aux représentants des communes ainsi qu’aux députés des districts de la Veveyse, de la Glâne et de la Gruyère, par le Service des transports et de l’énergie, lundi soir à l’Univers@lle.

«Il est nécessaire de créer le débat, dans la mesure où il n’a pas encore eu lieu au niveau communal, explique Savio Michellod, conseiller communal à Granges et coauteur de la pétition. La suppression en 2013 de l’arrêt de l’IR à Palézieux a maintenant été confirmée, la réaction citoyenne et politique doit désormais s’organiser, afin de montrer que les habitants de cette région ne sont pas indifférents à la desserte de la gare de Palézieux.»

«Cette gare constitue actuellement un nœud ferroviaire idéal où, depuis 1994, un IR s’arrête chaque heure dans les deux directions, détaille le grangeois Pierre-Philippe Durussel, co-auteur de la pétition. De nombreuses personnes à Granges et dans la région travaillent à Genève ou à Berne, et le projet de développement immobilier dans la région de Palézieux, volonté de l’Etat de Vaud, s’appuie précisément sur la bonne desserte actuellement en place», regrette celui qui, responsable d’audit dans une unité administrative de la Confédération, prend quotidiennement le train en direction de Genève ou de Berne pour y travailler. «Or c’est précisément ce nœud ferroviaire qu’on est en train de détruire.»

Desserte fine importante
Si la desserte par les CFF pour 2013 – dévoilée dans ses grandes lignes – devra elle aussi faire l’objet d’une consultation l’année prochaine, les pétitionnaires se montrent d’ores et déjà inquiets pour les conséquences sur la région. «Depuis 2004, Palézieux est devenu un lieu de croisements des trains IR (départ à XXh59 pour Lausanne, et à XXh01 pour Berne). Il en découle des possibilités de correspondances optimales pour les cars postaux et ceux des tpf, ainsi que pour les trains de la voie étroite des tpf, note Pierre-Philippe Durussel. Sans réelle mobilisation des concernés, je crains, à l’horizon 2013, une dégradation des correspondances locales pour la desserte fine des environs.»

«L’exemple de la Gruyère et de la Glâne est parlant: à force de lobbying politique, elles ont obtenu le RER vers Fribourg, alors que celui-ci n’était pas au programme dans le développement de l’offre pour la région, selon la Feuille fédérale de 2007 (ndlr.: dossier d’une centaine de page sur l’avenir des trains en Suisse)», indique Savio Michellod. La suppression de l’étape Palézieux sur la ligne de l’IR, par contre, était déjà agendée depuis cette date, selon les initiants.

Canton et TPF en attente
«La Veveyse a pendant longtemps donné la priorité à la voiture. Elle doit maintenant se mobiliser elle aussi, tout comme la région de Palézieux, pour obtenir des garanties quant à la desserte locale», estime le jeune juriste, qui a lui-même contacté les députés veveysans et vaudois, les communes concernées ainsi que la RGV avant le lancement de la pétition. «La plupart n’ont pas trouvé l’idée mauvaise, mais préfèrent attendre. Je pense pour ma part qu’il faut être plus proactif dans ce dossier.»

Côté desserte locale, pour l’instant, aucun scénario définitif pour la desserte 2013 des CFF n’a été retenu. «Aux tpf, nous n’avons pas été informé de la formule retenue pour 2013, informe Hans-Rudolphe Beyeler, directeur adjoint et responsable de production aux tpf. Dès que nous serons fixé sur l’état des grandes lignes, nous pourrons travailler à leur joindre nos correspondances locales.»

Même son de cloche au Service fribourgeois des Transports et de l’énergie: «Nous n’avons pas encore le détail des minutes d’accroche pour 2013, mais les lignes de forces, notamment en ce qui concerne la desserte de Palézieux, sont désormais fixées», affirme Martin Tinguely, chef de service. Palézieux sortira-t-elle donc perdant des remaniements ultérieurs? «Une chose est sûre, les horaires évoluent. Le nœud idéal de Palézieux n’existera plus sous la même forme qu’actuellement, et c’est peut-être ce que les pétitionnaires déplorent. Mais le calcul était de développer un maximum de correspondances à Palézieux, dans le but de satisfaire le plus grand nombre des personnes.»

Toute remarque ou critique sera traitée, promet le chef de service. Une voie qu’entendent bien exploiter les pétitionnaires, qui se donnent jusqu’au 14 juin, fin de la consultation des horaires 2012, pour récolter les signatures. «Cette pétition ne remet pas en cause d’autres amélioration apportée ailleurs par le concept Romandie 2013, précise Pierre-Philippe Durussel. Il s’agit de sensibiliser et rassembler les différents acteurs du dossier, en vue du futur des transports publics dans la région, en évitant tout particulièrement le démantèlement de l’offre existante.»

Le commentaire des CFF
Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF: «Le concept Romandie 2013 permettra d’offrir 30% de plus de place assises en Suisse romande, et particulièrement sur l’arc lémanique, où la croissance dépasse 10% . Il est vrai que Palézieux perdra son arrêt IR, mais l’offre a été faite sur le critère des flux de voyageurs. Au départ de Palézieux, 50% des voyageurs s’arrêtent à Lausanne, et 12 à 13 % vont à Genève. La grande majorité du flux sera donc gagnante par rapport aux modifications de 2013, notamment avec la desserte directe en RE, sans changement à Lausanne, des villes de la Côte (Morges, Nyon). Les 10% de voyageurs qui se rendent à Fribourg, et les 7% en route pour Berne, verront leur trajet augmenter de quelque cinq minutes.»

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig