Plus de bus et de parcs désirés

Article paru dans Le Messager, 15 mars 2013

Justin Grept (photo: Le Messager)

Les Veveysans souhaitent être mieux desservis par les transports publics. C’est le constat d’un sondage réalisé par l’association Région Glâne-Veveyse, publié la semaine passée. 

Une desserte fine des transports publics trop faible. Voilà l’une des principales conclusions qui ressort d’une étude parue la semaine dernière par la commission Transports de l’association Région Glâne-Veveyse (RGV). Elle avait en effet mené un sondage auprès des habitants des deux districts en avril 2012. «L’idée était de mieux cerner les attentes de la population. Il est aussi intéressant de pouvoir faire une radiographie des besoins», commente Michel Chevalley, préfet de la Veveyse et président de la commission. 

Assumer les coûts 
Selon les résultats de l’étude, les Veveysans travaillent majoritairement à Lausanne (22%). Pour s’y rendre, il préfère prendre leur voiture (37,1%) que le train (32,9%). Pour d’autres villes, telles que Fribourg, Berne ou Genève, le rail est systématiquement préféré. Selon le conseiller communal de Granges Savio Michellod, très critique envers les autorités cantonales fribourgeoises et vaudoises à la suite de l’entrée en vigueur du nouvel horaire CFF, la question est ailleurs. «Il est compliqué pour les gens des petits villages de rallier un noeud ferroviaire comme Palézieux. L’offre de transport n’est pas bonne et les arrêts sont trop peu nombreux. Certains quartiers sont très éloignés du passage du bus.» 

Il estime également que le service devrait commencer plus tôt le matin et se prolonger le soir. «La Veveyse a un bassin de population de 17 000 habitants. Elle mérite un réseau digne de ce nom.» Plusieurs personnes ayant répondu au sondage sont également de cet avis. Les demandes d’une meilleure desserte entre leur commune et Palézieux sont systématiques. «Le sondage nous a permis d’identifier le besoin. Maintenant, nous collaborons avec le Service cantonal de la mobilité pour chiffrer une offre plus régulière, et voir si les communes sont en mesures d’assumer de tels coûts», détail - le Véronique Schmoutz-Savoy, directrice de la RGV. Un autre élément revient avec insistance dans les remarques: le man - que de places de parc aux environs des gares. Pour les Veveysans, il s’agit principalement d’une envie d’un Parc et Rail à Palézieux. «Quand on voit le nombre de voitures, dont de nombreuses pratiquent le parking sauvage aux alentours de la gare, on comprend que des améliorations sont à faire», lance Savio Michellod. 

Echantillon représentatif 
Petite ombre au tableau de l’étude: le taux de participation. En effet, 1508 formulaires ont été récupérés et analysés, ce qui représente 4% de la population résidente permanente des districts de la Glâne et de la Veveyse. «Pour la passation du sondage, nous avons mandaté les communes. Certaines ont bien joué le jeu. Elles l’ont inséré dans leur bulletin officiel ou distribué en tout-ménage. D’autres n’ont pas fait grand-chose pour le diffuser », déplore le préfet et président de la RGV. Ainsi, seuls neuf formulaires ont été récoltés à Châtel-St-Denis (soit 0,15% de la population), deux au Flon (0,19%) ou encore dix à Granges (1,22%). 

Dès lors, quid de la représentativité de l’échantillon? «Elle n’est pas remise en cause par ce faible taux de réponses, explique la directrice de la RGV. Ce sont les gens concernés qui ont répondu, ceux qui utilisent les transports publics. L’étude est donc tout a fait valable. D’ailleurs, on a commencé à travailler avec les nombreuses remarques qui ont été faites via ce sondage.» 

Changements d’horaire 
Le travail dont parle Véronique Schmoutz-Savoy consiste à relayer les observations et les critiques des usagers aux prestataires concernés. «Celles qui sont pertinentes sont en effet redirigées aux TPF, au Service de la mobilité ou aux CFF, avance Michel Chevalley. Les remarques des sondages et celles qui nous parviennent depuis l’entrée en vigueur des nouveaux horaires ont déjà été envoyées.» Les demandes et critiques des usagers se multiplient. Le conseiller communal Savio Michellod confie avoir fait suivre à l’association deux pages A4 de critiques positives et négatives à propos de ce nouvel horaire. «A Granges, nous le faisons chaque année», précise-t-il. 

Mais pourquoi ne pas avoir attendu les horaires 2013 pour faire le sondage? Réponse de la directrice Véronique Schmoutz-Savoy: «Les changements sont constants. Lorsque nous avons lancé le projet, en mars 2012, la période de consultation pour les horaires 2013 n’était même pas ouverte. Un moment donné, il est nécessaire d’agir. Si on se dit à chaque fois “il faut attendre ceci ou cela”, rien ne se fait. De plus, il n’est pas impossible que nous refassions un autre sondage à l’avenir.»

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig