Pour une agriculture suisse productive et une industrie agroalimentaire forte

Image ASSAF
Selon l'Association suisse pour un secteur agroalimentaire fort, je partage 80,4% de leur position. Je m'oppose en effet à un libéralisme excessif en matière d'agriculture, comme dans d'autres domaines d'ailleurs. 

Le libéralisme doit être limité lorsque c'est nécessaire. Je suis persuadé que c'est le cas pour les denrées alimentaires. 

Voici mes réponse au questionnaire:


  • Considérez-vous que l’auto approvisionnement de la Suisse avec des produits alimentaires indigènes soit une composante importante de la politique de sécurité? — Plutôt oui 
  • Êtes-vous favorables à un taux d’auto approvisionnement avec des produits alimentaires indigènes de 60% au minimum? — Oui 
  • Le taux d’auto approvisionnent de la Suisse avec des produits alimentaires indigènes doit-il être un élément central de la politique agricole? — Oui 
  • Etes-vous favorable à la suppression complète des droits de douane pour des produits agroalimentaires en provenance de l’UE? — Plutôt non 
  • Seriez vous favorable à l’exclusion de l’agriculture de futurs accords internationaux (p. ex. accord libre-échange, OMC)? — Plutôt oui 
  • La Suisse importe beaucoup de produits alimentaires du monde entier. Seriez-vous favorables à des dispositions légales exigeant que les produits importés doivent répondre au minimum aux standards de production suisse? — Plutôt oui 
  • Etes vous favorables à la suppression des obstacles non tarifaires (normes) entre la Suisse et l’UE? — Plutôt non 
  • La protection des terres cultivables doit-elle être renforcée? — Plutôt oui La Confédération doit-elle promouvoir et financer des programmes additionnels de protection des paysages, des sols et des ressources? — Plutôt non 
  • La Suisse a développé depuis plusieurs années le principe de la multifonctionnalité de l’agriculture. A côté de la production de denrées alimentaires, l’agriculture remplit une fonction importante dans l’entretien du paysage et la préservation des ressources naturelles. Avec la politique agricole 2014-2017, une nouvelle étape sera franchie. A l'avenir, faut-il une agriculture privilégiant la fonction de production? — Plutôt oui 
  • Comment devraient évoluer les dépenses pour les payements directs écologiques et pour la promotion des surfaces de biodiversité? — Autant de dépenses Avec la législation sur le swissness, il est prévu de régler à quels critères un produit doit répondre pour porter la croix suisse et être désigné comme tel. Etes-vous favorables à une règlementation qui prévoit que 80% de la matière première doit être indigène afin qu’un produit puisse être désigné comme « suisse »? (exceptions faite pour des produits dont la matière première n’est pas produite en suisse) — Oui 
  • Le principe du Cassis de Dijon permet, en quelque sorte, de contourner le droit alimentaire suisse et de produire en Suisse du jambon, du sirop ou de la crème qui ne correspondent pas au standard de qualité suisse. Seriez-vous favorable à une exclusion des produits alimentaires du principe du Cassis de Dijon? — Plutôt oui 
  • Selon une étude des chimistes cantonaux, une partie importante des denrées alimentaires ne sont pas étiquetées correctement (plus de 60%). Seriez-vous favorable à des règles et sanctions plus strictes en cas d‘étiquetage erroné? — Oui 
Smartspider de l'ASSAF

http://www.sals-schweiz.ch/site09/index.php?page=fr/elections_2011/fiche&id=114

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig