Conseil communal - Je suis candidat !

Lors de la cérémonie d’assermentation des élus communaux, en 2011, le préfet de la Veveyse nous a laissé entendre qu’accepter la fonction de conseiller communal, c’est se choisir une amante originale: sa commune. En 5 ans, je lui aurai consacré plus de 2000 heures, à l’occasion de centaines de séances (quelque 700). C’est donc une amante bien envahissante, nécessitant un engagement considérable, rarement considéré. Un engagement de milicien peu rémunéré, exposant l’élu à des dossiers complexes, à la critique. Mais un engagement qui m’a permis de rencontrer beaucoup de gens, d’apprendre encore plus, de voir à quel point le fonctionnement de la plus petite entité administrative de notre pays, la commune, est fascinant. Un engagement de 5 ans m'ayant convaincu de soumettre à nouveau ma candidature au verdict des urnes. Je suis candidat pour un deuxième mandat et appelle les citoyennes et les citoyens de Granges à me soutenir le 28 février prochain (liste 1 - Entente communale). 


Vous trouverez ci-après mes objectifs pour la prochaine législature (2016-2021) et pouvez sans autre consulter les articles que j'ai publié dans le cadre du mandat en cours (2011-2016) ICI

Veveyse - Achever les grands travaux 

Durant la législature 2016-2021, les grands travaux du district – CO de la Veveyse, EMS, Centre de santé – devraient s’achever. Etant membre de deux des trois commissions chargées de les superviser (CO et centre de santé), je tiens à les voir se terminer en ayant pu apporter ma modeste pierre à ces grands édifices, de l’idée d’un projet à l’inauguration des bâtiments. Le projet de l’école secondaire, que je trouve magnifique, est celui qui me tient le plus à cœur. Ayant fréquenté cette vénérable bâtisse de plus de 40 ans comme élève, je suis impatient de voir se concrétiser la métamorphose que nous lui avons réservée.
Construire une école, c’est bâtir pour l’avenir. Si l'utilisation des deniers publics nous impose une grande rigueur budgétaire, il s’agit tout de même d’édifier une structure qui fera la fierté de notre district, un bâtiment à la hauteur de la qualité de l’enseignement qui y sera dispensé. Le projet retenu, que je vous avais présenté ici, remplit ces critères. 
Quant au centre de santé, qui sera en principe réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé, il offrira une alternative crédible à la population de notre district suite au départ de l’HFR. En plus du Centre médical de la Veveyse et des différents services du réseau santé et social de la Veveyse (RSSV), ce centre de santé accueillera diverses activités médico-sociales. L’objectif : regrouper les compétences en la matière sur un même site, ce qui facilite grandement les synergies. 


Corps de sapeurs-pompiers – rester compatible frifire 

Le concept frifire, fixant les standards minimaux que chaque corps de sapeurs-pompiers (CSP) doit atteindre, est à ce jour respecté. Néanmoins, nous savons que ces standards sont exigeants et qu’ils demandent, tant de la part des communes que des corps de sapeurs-pompiers, des investissements importants, en temps et en argent. Je salue d'ailleurs l'engagement des sapeurs-pompiers du CSPI Basse-Veveyse durant les 5 dernières années Un engagement exemplaire ! Une fusion des corps de sapeurs-pompiers au niveau de l’ensemble du district est une option qui doit être étudiée avec, comme corollaire, une professionnalisation de l’état-major tout en maintenant des sections locales.


Développement démographique - attention aux coûts 

La croissance démographique du district de la Veveyse est impressionnante. Si le moratoire faisant suite à l'acceptation de la révision de la loi sur l'aménagement du territoire a mis un coup de frein au développement de certaines communes (Granges par exemple), d'autres s'urbanisent encore (Attalens et Châtel-St-Denis tout particulièrement). En conséquence, les infrastructures doivent être adaptées. Cela a un coût, pour l'ensemble du district. 
En ce qui concerne Granges, je reste le partisan d'un développement limité, tel que le prévoyait le plan d'aménagement local (PAL) mis en veille par le canton, permettant à notre commune de conserver son caractère villageois. 


Fusion de communes - oui à un projet d'envergure 


Les fusions de communes ne sont pas une option. Néanmoins, elles doivent se faire avec le soutien de la population, d'où la nécessité d'informer. Je suis maintenant convaincu que la fusion de l'ensemble des communes du district est la meilleure alternative. Elle offre une taille (plus de 20'000 habitants à l'horizon 2021) lui permettant d'être un interlocuteur respecté. 
Fusionner à cette échelle ne signifie pas centraliser. Des services de proximité (déchetterie, administration, voirie) devront être maintenus, si ce n'est dans chaque village, au moins dans chacune des trois grandes régions du district. 
Ce projet ne va pas de soi et nécessitera une grande force de conviction. Il serait opportun que, comme l'ont fait Attalens, Bossonnens et Granges, l'ensemble des communes du district sonde la population afin de connaître son avis sur la question. 


Santé et social - maîtriser la croissance 


Les postes du budget liés à la santé et au social coûtent toujours plus cher aux communes. Nous avons la chance de disposer d'une structure de qualité en matière de santé: le Réseau santé et social de la Veveyse (RSSV). Le projet lié à l'ex-HFR (voir plus haut) permettra au RSSV de trouver de nouvelles synergies qui ne peuvent que réjouir. 
En matière d'aide social, nos communes sont aussi touchées par une augmentation du nombre de cas. Nous devons gérer et suivre ces situations avec la plus grande attention, l'objectif de l'aide sociale étant avant tout la réinsertion des bénéficiaires dans le monde du travail. Nous devons continuer à lutter contre les abus, qui restent - et c'est important de le rappeler - l'exception. La taille relativement modeste de nos communes facilite les possibilités de contrôle et de suivi des situations. Nous portons en outre une attention particulière aux anciens bénéficiaires afin que ceux-ci remboursent leur dette sociale, tel que l'exige la loi, s'ils reviennent à meilleure fortune. 
Tant dans le domaine de la santé que de l'aide sociale, nous devons rester attentifs à la hausse des coûts, en déceler les causes et les maîtriser, tout en restant soucieux de la qualité des soins et de l'aide accordés aux patients, respectivement aux bénéficiaires.


Ce n'est pas tout...

Durant cette législature, il sera aussi question d'école. Granges poursuivra sa collaboration avec Attalens dans le cadre de notre cercle scolaire. Nous offrons à nos enfants une école de qualité, des transports scolaires sûrs et un environnement adapté. Nous devons maintenir ce niveau de prestation, l'éducation de nos enfants étant essentielle à leur développement comme à celui de notre pays. Les structures d'accueil (accueil extra-scolaire et crèches) sont aussi au centre de l'attention. Des efforts supplémentaires sont nécessaires pour concilier vie professionnelle et vie familiale, et surtout pour mieux exploiter le potentiel de main-d’oeuvre, notamment du côté des femmes. Je soutiendrai donc la création de structures d’accueil permettant aux parents de concilier vie familiale et vie professionnelle.
Il sera évidemment question de mobilité: ma position en matière de transports publics n'a pas changé, l'offre doit s'améliorer et être étendue aux soirées ainsi qu'aux weekends. L'avenir de la desserte de Palézieux doit rester une préoccupation majeure et je suis ce dossier avec attention, principalement dans le cadre de mon mandat au comité d'OuestRail. La mobilité piétonne est également un thème majeur, même dans un village. Granges a aujourd'hui sécurisé ses principaux axes grâce à des trottoirs. Si des améliorations ponctuelles sont envisageables, l'essentiel est aujourd'hui acquis. En la matière, il convient de rappeler aux automobilistes de rouler à une vitesse adaptée aux circonstances (rouler à 50 km/h dans un village est très rarement adapté). Enfin, l'état des routes à Granges est tout à fait satisfaisant. Des investissements lourds ne sont pas nécessaires à court terme. Il est néanmoins important de suivre l'évolution de la situation et de réagir en temps opportuns. 
Il sera également question de culture, de jeunesse et de sport avec, principalement, la fin du subventionnement du Paysage éducatif de la Veveyse (détails ICI). Les communes du district devront décider si elles donnent une suite à ce programme. Des réflexions sur un financement futur, par les communes et/ou des partenaires privés, sont actuellement en cours. 

Et la présidence du Conseil communal (syndicature) ? La question m'est souvent posée. Ma réponse: pour le moment, je suis candidat à ma réélection en tant que conseiller communal, et à rien d'autre, une élection n'étant jamais gagnée d'avance. Si je suis réélu, je réfléchirai à une éventuelle candidature à ce poste, en sachant que la décision appartiendra au Conseil communal.



Les défis sont nombreux et je suis prêt à les relever. Permettez-moi d'y parvenir en me donnant votre voix le 28 février prochain.

______________________________________

Article paru dans Le Messager, 22 janvier 2016

Aucun commentaire

Fourni par Blogger.
© Savio Michellod

This site uses cookies from Google to deliver its services - Click here for information.

Professional Blog Designs by pipdig